Chakrisabz

Chakrisabz
Notez ce voyage
Place centrale de Chakrisabz
  1. Place centrale de Chakrisabz

    Place centrale de Chakrisabz
  2. Vue d'ensemble de la ville

    Vue d'ensemble de la ville
  3. Jeunes filles charmantes

    Jeunes filles charmantes
  4. Le marché de la ville

    Le marché de la ville
  5. Dor Ut Tilovat

    Dor Ut Tilovat
  6. Autre vue de près

    Autre vue de près
  7. Aq Saray ou palais blanc

    Aq Saray ou palais blanc
  8. Restauration s'impose

    Restauration s'impose

L’ancienne Naoutaka était le nom de Chakhrisabz au temps des conquêtes d’Alexandre le Grand en Asie Centrale. Les vestiges majestueux du palais Ak-Sarai et du complexe Dorus-Siadat témoignent encore de son passé brillant.

Charisabz où est né Tamerlan et qui a fêté en 2002 le 2700ème anniversaire de sa fondation. Tamerlan fit de gros efforts pour embellir la ville, dont le Palais Blanc à dominants bleus, défiant tous les superlatifs. Le petit-fils de Tamerlan, Ouloug Beg, construisit la mosquée Juma, reconnaissable au dôme bleu. Après le bazar à coupole de Tchorsou, visitez la medersa Koba du 15e siècle où, en face, on peut voir les bains de la même époque, toujours en fonction. La crypte toute simple de Tamerlan fut redécouverte en 1943, derrière le mausolée splendide de Jehangir, fils de Tamerlan, mort à 22 ans. La mosquée voisine de Khazreti Iman, tient son nom d’un saint de Bagdad du 8e siècle, dont le corps a et ramené à Chakrisabz par Tamerlan.

C’est aussi ici où l’ambassade de la cour de Castillian est arrivé à la tête de Ruy Gonzalès de Clavijo à la fin du XIVème siècle. Celui-fci a rapporté un récit de voyage très détaillé sur les traditions et les coutumes de la cour de Timour, les fêtes somptueuses et les chasses, la structure de l’Etat et l’Empire.

Les broderies traditionnelles, très appréciées dans tout l’Ouzbékistan, ne doivent pas être oubliées.