Boukhara

Boukhara
Notez ce voyage
Forteresse Ark
  1. Forteresse Ark

    Forteresse Ark
    De la citadelle Ark initiale, il reste aujourd'hui surtout les remparts impressionnants !
  2. Chapeaux traditionnels à Boukhara

    Chapeaux traditionnels à Boukhara
    A l'intérieur de la citadelle, quelques chapeaux traditionnels !
  3. Médersa Mir-i Arab vu d'en haut

    Médersa Mir-i Arab vu d'en haut
    La médersa Miri Arab est toujours en activité à ce jour. Sa construction date du XVIème siècle.
  4. Médersa Mir-i Arab

    Médersa Mir-i Arab
    Cour intérieur de la Medersa ici.
  5. Medersa Chor-Minor

    Medersa Chor-Minor
    Medersa Chor-Minor avec 4 minarets au décor unique construite au XVIIème siècle.
  6. Complexe Poi Kalyan

    Complexe Poi Kalyan
    L’ensemble Poï Kalon est constitué d’un minaret, d’une medersa et d’une mosquée. Admirez les arcades !

Islamisée dès 700, Boukhara fut détruite en 1220 par Genghis Khan. Après des siècl­es d’agonie, elle fut reconstruite au 16e siècle par Abdallah Khan qui réunit les clans Ouzbeks et donna à la ville peu à peu sa configuration actuelle, avec l’apport des artisans fameux d’Herat. La ville compte bientôt 150 medersas et 200 mosquées. Boukhara n’a jamais été incorporée formellement dans l’empire russe jusqu’à l’arrivée des bolcheviques en 1920, qui transformèrent les mosquées en clubs de travailleurs… La plupart des curiosités de Boukhara sont concentrées dans la vieille ville (chakristan) et l’on peut faire le circuit à pied. Sur la place du Reghistan se dresse dans toute sa majesté la forteresse de l’Ark, palais somptueux des seigneurs de Boukhara pendant plus d’un millénaire. Derrière l’Ark se cache le Zindan, la sinistre prison. La mosquée Bolo-Haouz, superbement décoré, abrite le plus beau mihrab (iwan) de toute l’Asie centrale. Après les Koch Medersas, il faut admirer la mosquée Baland, dont l’extérieur banal dissimule un intérieur dont les ornementations ­sont parmi les plus belles de la région

Un charme doux opère dans les ruelles jadis habitées par les guerriers de Tamerlan et dans les petits marchés animés par le marchandage et la coquetterie des femmes. Arrêtez-vous pour prendre un thé vert près du Lyabi-Hauz de XVe siècle, reposez-vous à l’ombre du minaret géant de Poi-Kalon de 46 m de hauteur, visitez la Citadelle de l’Ark, celle du dernier Emir, au centre de la ville… Ou bien, allez goûter l’élégance de la résidence d’été Sittora-i-Mokhi-Khossa, si bien nommé le Palais de la Lune et des Etoiles, au dehors de la ville. Au coucher de soleil, allez admirer le mausolée des Samanides, où la lumière opère sa magie sur les murs de briques. A coté du mausolée d’Ismail Samani se situe la source attribuée au Prophète Ayoub (Job). L’impressionnant mausolée, aux bleus éblouissants est l’édifice le plus ancien de Boukhara et constitue sans doute l’un des plus beaux joyaux d’un voyage en Ouzbékistan. Ces endroits, et beaucoup d’autres, font de Boukhara un bijou d’architecture et la preuve d’une immense civilisation.

Pendant votre visite à Boukhara, ne ratez pas l’occasi­on d’assister au spectacle traditionnel des marionnettes, inchangé depuis le temps des caravanes timourides du XVIIe siècle, ou bien allez écouter la musique folklorique à la madrassa de Nadir-Divan-Beghi. La mode est de dîner à l’ancien hammam d’Hammom et de résider dans un petit hôtel privé près de Lyabi-Khauz. Vous pouvez aussi jouer la modernité et prendre votre chambre à l’hôtel **** de « Bukhara Palace ».